#arthur pendragon Tumblr posts

  • ineffabledears
    27.09.2021 - 21 minutes ago

    ARWEN FEST ✨ day 2: marriage

    together with their beloved ones you are cordially invited to the wedding of his royal highness king arthur pendragon of camelot and ms. guinevere smith. monday, the twenty-seventh of september two thousand and twenty one twelve o'clock in the noon at royal hall of camelot castle (camelot, albion). reception to follow. (insp)
    View Full
  • kaantt
    27.09.2021 - 1 hour ago
    Kaamelott incorrect quotes:

    Arthur : Sometimes I wonder who wears the pants in our relationship.

    Venec : On a good day, neither of us.

    View Full
  • sourdough-morbread
    27.09.2021 - 4 hours ago

    Fandoms: Merlin (TV) Relationships: Gwen/Arthur Pendragon (Merlin) Characters: Arthur Pendragon (Merlin), Gwen (Merlin)

    Additional Tags: Fluff, Established Relationship, Breakfast, Morning Kisses

    Summary: Already, his apartment is full of signs of her. Her clothes in the hamper, her glasses on the nightstand, her laptop charging on the floor. She's wearing his favourite t-shirt too, which makes him feel a whole mess of warm and fuzzy emotions that he has never learned to articulate. It's... He's just so happy.

    View Full
  • marinthecottage
    27.09.2021 - 4 hours ago

    Chronicles of my 1017484959585 rewatch of Merlin … I understand Morgana more every time… I want to punch merlin in the face and break his nose

    #bbc merlin#merlin#arthur pendragon#morgana pendragon#katie mcgrath #still love him tho #he is so annoying #Long live morgana #morgana deserved better
    View Full
  • merlin-fanpage-i-guess
    27.09.2021 - 7 hours ago

    we just watched the third episode of season two and merlin dropped off flowers for morgana.

    M: why does arthur want flowers too?

    I: because they’re a token of affection

    me: wow arthur’s so jealous

    c: he would be the jealous type

    m: arthur and merlins only scenes this episode have been about how arthur is jealous of morgana

    View Full
  • alex-the-sapphic
    27.09.2021 - 8 hours ago

    Work in progress of Merlin my beloved

    View Full
  • silentmagi
    27.09.2021 - 8 hours ago
    #fanfic summaries #Sword in the Stone #Arthur Pendragon #Hazel Gwenevere Greenwood #Morgana le Fey #Wart#Girl Squirrel #Is this becoming a King Arthur fanfic instead of a fanfic of a movie that is basically a fanfic of King Arthur?
    View Full
  • the-mother-of-lions
    27.09.2021 - 8 hours ago
    please don't take my sunshine away

    For the @arwenfest​ Day One: Sunshine and Violins

    View Full
  • angelanddeanmon
    27.09.2021 - 9 hours ago

    If any show deserves a movie, it’s Merlin

    #why have we not gotten it yet? #teen wolf and not merlin? #a show that actually is set up for a story #merlin#bbc merlin#Arthur Pendragon#merthur
    View Full
  • princess-of-the-worlds
    27.09.2021 - 9 hours ago

    would you shout it from the rooftops?

    For Day 1 of @arwenfest

    Prompt: Of Sunlight and Violins | Kisses

    Beta’d by the lovely @dinodina and title by @searching-for-arcadia! 

    ***

    ao3 link: here

    word count: 1064

    summary: Arthur and Gwen have been pining for each other forever. Then Arthur decides to serenade her. In public. With Merlin watching.

    ***

    Gwen’s busy studying for her exam, head buried in her textbook, when she hears a faint thud. Too focused on the biological terms swimming before her, she dismisses the noise as one of her neighbors knocking something over in their room — their housing accommodations have very thin walls — except then there’s a second thud. 

    She turns just in time to watch a rock fall away from her window, and her eyebrows rise of their own accord. Who’s throwing rocks at the window of her hall of residence so late in the evening?

    “Gwen! Gwen!” comes a familiar voice. “Guinevere Thomas!”

    As it turns out, it’s Arthur Pendragon, except now he’s yelling up at her window as well. Gwen shoves the window open, wincing slightly when it screeches, the lock worn and stubborn, and pokes her head out, finding the tall footballer standing in the garden outside the hall. Just visible at the edge of the garden is a lanky, dark-haired boy who keeps anxiously looking over his shoulder. So it seems Arthur dragged Merlin along as well. 

    “What? What is it, Arthur?” she calls back, and at the sound of her voice, he glances up, eyes widening. 

    Then he beams, his smile bright and only amplifying his loveliness. He steps forward, catching the fading light of the sun just so, and his golden hair gleams, the crooked nose that Gwen won’t admit that she adores illuminated perfectly. Under the light, coupled with his smile, he looks something akin to a sun deity. Gwen’s heart goes up in flutters, still slightly stunned that this Arthur is the same boy who spilled his drink over the floor and Gwen’s textbooks when they first met and then refused to help clean them up.

    The reverence lasts only a few beautiful brief moments because Arthur pulls his smartphone from the pocket of his tight jeans and presses something on it. Lovely violins and piano notes float up to Gwen’s window, and Arthur begins to sing. 

    As charming, attractive, smart, untraditionally kind and caring, and brave as Arthur Pendragon is, he is… clearly no singer. That is the kindest way Gwen can put it while she knots her fingers together tightly, hoping that her ears have not begun bleeding. And that her neighbors can’t hear him, although judging by the windows across her level that begin to slide open, bewildered heads poking out, this is unlikely. 

    Sounding low and dreadfully off-tune, Arthur sings of roses and kissing under bright sunlight in a meadow of flowers, his eyes wide and hopeful as they remain fixed on Gwen. It’s a love song by a semi-famous pop singer who Gwen suddenly remembers she once mentioned liking.

    They were grabbing lunch in-between classes, and the small greasy spoon they were at was playing one of the singer’s songs. While dabbing dripping sauce from her burger, Gwen off-handedly recalled going to a concert by the singer. When she glanced up, Arthur’s eyes were bright and thoughtful, but then he asked her for the hot sauce. 

    She’d forgotten about the moment.

    Clearly, Arthur hadn’t.

    Gwen leans her head on her hand as she listens to Arthur continue to sing. Despite his lack of talent — and skill — she’s still flattered that he likes her enough to try and serenade her. She sighs, her gaze remaining focused on Arthur, although she notices Merlin waving frantically in her peripheral vision.

    Finally, the soundtrack comes to an end with a grand flourish of violins. Arthur’s voice warbles, reaching a high pitch that makes him sound like a cat screeching, and Gwen has to duck her head to hide her wince. She thinks she can faintly hear racoons rattling in the garbage bins that line the corner of the building.

    When he finally finishes, there’s a polite smattering of applause from the few on-lookers who remained as most of her neighbors retreated back inside their rooms, likely slipping on headphones and cranking their own music to drown out Arthur. Thankfully, no one has their phone out to record Arthur; he is an incredibly private person making a rare grand gesture, and it would be mean-spirited to have this plastered all over social media. 

    “Guinevere!” Arthur shouts, and she peers back out again, offering him a soft smile, “I like you! I really, really like you!”

    “I like you as well, Arthur Pendragon!” Gwen shouts back.

    His bright smile returns, and if possible, it grows wider. “Would you like to go on a date with me, Guinevere?”

    “Of course!” she replies, her cheeks burning. “I would love—”

    “Arthur!” calls Merlin loudly, cutting her off. “Arthur!”

    Arthur’s face becomes blotchy and red with rage. “What is it, Merlin?” he snaps, glancing back at his best friend.

    “Arthur, we need to go—”

    “Just wait a minute. You cut Guinevere off.” He turns back to Gwen, glancing up at her hopefully. “You were saying?”

    But Gwen is no longer at her window, and his expression becomes bewildered. (Gwen is frantically racing down the stairs, grateful she lives on the third floor instead of the seventh.) He whips on his heel, glaring at an approaching Merlin. He is smiling nervously.

    “You got a parking ticket, Arthur,” Merlin says, and Arthur blinks, staring at him uncomprehendingly.

    “Pardon?”

    “You got a parking ticket,” Merlin repeats, his tone irritated.

    “How?” demands Arthur, his grip tightening on his phone.

    Merlin throws his hands in the air. “Maybe because you double-parked and left me, the one with no license, to watch over it, clotpole!” 

    “You had one job, Merlin! One job!”

    “I’m not your servant, Pendragon!”

    Gwen chooses that moment to burst out of her hall’s front door, her hair a disarray as curls escape from her ponytail, her feet hastily stuffed into bunny slippers. Arthur smiles at her.

    “Yes!” she says, her eyes frantic. 

    “Yes?” echoes Arthur in bewilderment, and she smiles fondly, shaking her head, before she steps toward him. Her arms wind around his neck, and she has to stretch on her tiptoes, but then their lips meet, and although there are no violins and the sky has pretty much gone dark, it’s still a wonderful moment, a wonderful kiss.

    When she steps back, tucking stray curls behind her ears, she glances up at Arthur’s wonderstruck face and tells him, “Yes, I’ll go on that date with you.”

    Then she leans in and kisses him once more.

    View Full
  • kabbal
    27.09.2021 - 9 hours ago

    Je regardais des tutos clip studio paint et guess what ça m'a donné envie de dessiner

    #kaamelott #arthur x venec #arthur pendragon#venec #quick n' messy #libre à vous d'interpréter ce que fais la main d'arthur #je suis l'auteur et de fait je suis morte #donc ne me posez pas la question
    View Full
  • merlin-fanpage-i-guess
    27.09.2021 - 9 hours ago

    watching season 2 premiere.

    merlin just said “everything i do is for him” and chaos broke out.

    c: oh my god!

    j: seriously

    c: this is the best season premiere ever

    View Full
  • apple-pie-flavoured-cheese
    27.09.2021 - 9 hours ago

    ATTENTION. in merlin season 1, merlin became the master of death right. so when arthur died in season 5, why couldn't merlin kill someone in order to bring arthur back to life. he's already killed many people for arthur at this point so why not one more??

    #merlin#bbc merlin#arthur pendragon #merlin season 5 #still upset #not over the ending #so many plot inconsistencies #i still love the show #merlin bbc#merthur #merlin x arthur #arthur x merlin
    View Full
  • elellan-merlin
    26.09.2021 - 10 hours ago

    I love how Arthur does that little twirl with the sword that means jokes are over now I'm gonna kick your ass

    View Full
  • utopya6
    26.09.2021 - 11 hours ago

    Depuis que je l'ai, je le lâche plus 🥰

    View Full
  • tyalangand
    26.09.2021 - 11 hours ago

    The Disir is a peculiar episode in which Arthur is the source of cruel laws (unmarked graves for sorcerers?? that screams ethnic cleansing), and yet, he's the person most active in his willingness to understand and improve if he can. His loyalty towards his friends, his protectiveness over Mordred, are so deeply human. Bradley's open expression throughout most of this episode is the more apparent when you compare it to Colin's constant coldness. Merlin is cold and calculating. He's the minority member who got comfortable within the oppressive system, capable of having a talk with Mordred about unmarked graves and then knowingly trying to condemn Mordred to that same fate.

    This obsession, this sabotaging of years of his own work - to try making Arthur understand - is so painful to watch.

    This is probably Merlin's lowest point in the whole series.

    View Full
  • ironist-lady
    26.09.2021 - 11 hours ago

    Fanfics Kaamelott - Le Chevalier inattendu

    Hello tout le monde, j’espère que vous allez bien. Oui, plutôt que de retravailler mes anciennes fanfics en voilà une nouvelle. Celle-ci est courte mais sera probablement rallongée et fera partie d’une série de petites fanfics (enfin je pense) autour de ce sujet.

    Comme toujours pas beaucoup de relecture, peu de réécriture donc il risque d’y avoir des changements lors de la V2. Considérez cela - et les autres fanfics - comme des longs teasers :)

    Sur ce...bonne lecture

    ---

    Il savait qu’ils allaient tous le regarder comme s’il avait deux têtes. Tous les chevaliers allaient penser qu’il avait perdu la tête bien entendu, et il ne pouvait pas leur en vouloir. Léodagan de Carmélide avait passé des années à imposer sa légende : un homme rustre, bougon sans aucune pitié ni même une once d’humanité. Même envers sa propre famille. Combien de fois il avait critiqué ses enfants allant même jusqu’à dire qu’il ne les supportait pas, traitant sa fille d’idiote et son fils d’abruti incompétent et ce devant des dizaines de personnes.

    Mais tout ça, ça n’était qu’une façade. Certains jours, les plus chanceaux pouvaient découvrir une facette bien différente du roi. Une facette plus douce, plus humaine. Aujourd’hui, les chevaliers de la Table Ronde allaient tous en être témoin. Cet évènement trouvait son origine plus tôt dans la journée alors qu’il s’était rendu dans la cuisine pour se prendre une petite collation.

    A sa grande surprise, il y avait croisé son gendre dans un état assez improbable. Alors qu’il était généralement plutôt soigné dans sa tenue, cette fois il le trouva simplement vêtu d’une large chemise et d’un pantalon, ses cheveux complètement en bataille et totalement paniqué alors qu’il fouillait dans les placards de la cuisine.

    « Si vous cherchez de quoi becter, c’est de l’autre côté. »

    « Je sais. Je recherche juste un gobelet ou une tasse… »

    Léodagan se pencha au-dessus de la marmite où de l’eau frétillait répandant une petite fumée dont il peinait à reconnaître l’odeur.

    « Qu’est-ce que vous maquillez ? »

    « Je prépare une tisane, » répliqua le roi en claquant une nouvelle porte n’ayant toujours pas trouvé ce qu’il voulait.

    « Une tisane ? Au beau milieu de la matinée ? Vous savez que si vous voulez bouffer y a des cuisiniers pour ça. Au passage, ils avaient préparé un sacré petit déjeuner ce matin, encore aurait-il fallu que vous pointiez le bout de votre nez. »

    « JE SAIS ! » Il claqua une nouvelle porte surprenant son beau père devant ce geste colérique. Son gendre pouvait faire preuve d’un sacré tempérament mais là, il ne faisait que plaisanter. Ce fut à ce moment là qu’il remarqua que ses mains tremblaient légèrement. « Elle ne se sent pas très bien. »

    « Elle ? »

    « Guenièvre, » murmura t’il en se retournant face à son beau-père. « Elle a eu des douleurs toute la nuit et c’est encore pire ce matin alors je me suis dit que… »

    « Je comprends. Ce sont peut-être juste les derniers jours, » tenta-t-il de le réassurer. « Il arrive que les femmes souffrent beaucoup à ce moment-là. Quand ma femme était enceinte de nos deux enfants, elle était incapable de sortir du lit tellement son dos la faisait souffrir. Je vous dis pas l’ambiance et d’un coup, ça allait mieux… »

    « …je crois que c’est pour aujourd’hui, » confessa Arthur anxieux. « Le bébé. Je crois qu’il va arriver aujourd’hui. »

    Voilà ce qui lui faisait peur. Non seulement il voyait sa femme souffrir sans pouvoir l’aider mais en plus il allait devenir papa…pour la seconde fois. Un miracle auquel il n’aspirait plus depuis longtemps. Déjà la première fois avait relevé du miracle et l’accouchement avait été difficile pour la reine. Le travail avait duré plusieurs heures pendant lesquelles elle avait souffert. Arthur se souvenait encore de ses cris alors qu’il faisait les cent pas dans le couloir de l’autre côté de la porte – forcé de rester à l’extérieur par tout le monde. Il était resté totalement impuissant alors qu’elle hurlait pour donner vie à leur enfant.  

    Même s’il était très heureux de redevenir papa, l’idée même qu’elle repasse par tant de douleur lui était insupportable. Et puis, si l’enfant de survivait pas ? Et si Guenièvre y laissait la vie ? Beaucoup de femmes plus jeunes et en bonne santé mourrait pendant un accouchement, personne n’était à l’abri. La grossesse s’était pourtant bien passée. Hormis de la fatigue, la reine allait bien. Elle rayonnait même. Mais la crainte demeurait.

    « Je ne sais pas quoi faire. C’est la seule chose que j’ai trouvé… » déclara Arthur penaud. « Et puis y a cette réunion sur les taxes envers les saxons. »

    « Ne vous inquiétez pas, je peux m’en occupez, » répondit Léodagan en retirant la marmite du feu et en dénichant du premier coup un gobelet. « Personne ne vous en voudra si vous ratez la réunion. »

    « Je suis roi, je ne peux pas… »

    « Justement vous êtes roi et vous êtes également père de famille. Si vous avez vu juste, probablement pour la seconde fois aujourd’hui. » Il renversa une partie de la tisane dans le gobelet qu’il tendit à son gendre. « Allez rejoindre votre femme. Si finalement ça s’arrange ou que le petit décide de prendre son temps, venez faire un tour à la réunion. Sinon restez auprès d’elle. »

    « Oui mais… »

    « Personne ne vous en voudra. Vous avez le droit de rater cette fichue réunion et si certains ne comprennent pas c’est que ce sont des idiots. Comptez sur moi pour le leur dire. »

    « D’accord mais le souci c’est qu’il y a aussi… »

    Léodagan posa sa main sur son épaule, lui signifiant qu’il avait totalement compris.

    « Je m’en occupe également. »

    « Vous êtes sûr ? »

    « Oui. Allez… »

    Il savait que ça allait tous les surprendre mais il s’en fichait. Comme il l’avait dit à son gendre, il était roi et il avait le droit de faire ce qu’il voulait sans avoir à se justifier. Il en valait de même pour lui. Il était Léodagan de Carmélide, il était le roi de cette contrée et c’était sa maison. Il faisait ce qu’il voulait lui aussi. Alors il n’hésita pas une seule seconde.

    Il poussa la porte de la salle où se tenait la réunion. Les chevaliers et les membres permanents tous assis autour de la nouvelle table ronde qu’ils avaient installé en Carmélide étaient en pleine discussion quand il fit son entrée mais se turent immédiatement en le voyant.

    Ils étaient déjà surpris que le roi, si ponctuel, soit en retard mais alors il ne s’attendait pas à voir Léodagan, alias l’homme le plus taciturne et le plus sérieux du monde, avec la petite Viviane confortablement installée dans ses bras. Sans même faire attention à leurs regards, il se dirigea vers sa chaise où il prit place comme si de rien n’était installant la petite sur ses genoux.

    Si Guenièvre accouchait vraiment aujourd’hui, tout le monde serait affairé autour d’elle. Dame Séli ne revenant pas avant deux jours, il n’y avait personne pour s’occupait de l’enfant. Et puis, elle risquait de s’inquiéter si elle ne voyait ni Nessa – qui serait au côté de la reine, ni sa mère ou son père. Il était hors de question qu’elle se retrouve dans les mains d’un quelconque grouillot. C’était sa petite-fille ! Son adorable petite-fille. Alors autant qu’elle reste avec lui.

    Il se moquait totalement de ce que les autres diraient. Néanmoins, avant même que l’un des chevaliers ne puisent dire un mot, il entama la réunion en leur lançant un regard noir qui leur faisait bien comprendre qu’il valait mieux éviter tout commentaire.

    Personne n’osa broncher.

    Alors qu’elle avait tendance à être très bavarde, la petite resta plutôt muette pendant toute la réunion, se contentant de jouer avec sa poupée sauf quand son grand-père parlait. Alors, elle cessait tout mouvement, levait la tête pour le regarder de ses grands yeux marrons et l’écoutait attentivement. Elle ne comprenait pas un mot de ce qu’il disait mais elle buvait ses paroles.

    Personne n’osa broncher quand ils remarquèrent que le beau-père du roi semblait faire sautiller la petite sur ses genoux, pour son plus grand plaisir, imitant alors la cadence d’un cheval. Plusieurs chevaliers avaient déjà assisté à cette scène dans le plus grand secret. Quand il était avec sa petite-fille, Léodagan semblait oublier le reste du monde et se croyait invisible. Il ignorait que presque tout le château l’avait aperçu, assis sur un banc dans le parc faisant « trotter » l’enfant sur ses genoux.

    Personne n’osa broncher également lorsque Viviane se leva légèrement, tendit la main et attrapa la couronne de son papi qu’elle mit ensuite sur sa tête. La couronne beaucoup trop grande pour elle tombant au niveau de ses yeux et ce, même si elle tentait de la relever à chaque fois.

    Personne n’osa broncher lorsque Léodagan, au lieu de la réprimander ou de s’agacer, offrit à sa petite-fille le plus grand des sourires, mettant la couronne légèrement de travers pour qu’elle tienne sur sa petite tête avant de revenir aux affaires le plus solennellement possible.

    Personne n’osa broncher également lorsque plusieurs voix se firent entendre de l’autre côté de la porte indiquant une forte agitation dans le château au contraire…ils se turent tous, inquiets. Seul Léodagan était serein, se disant que son gendre avait peut-être vu juste. Le moment était venu.

    Et effectivement, quelques secondes plus tard un premier cri retentit. Le roi de Carmélide reconnut immédiatement la voix de sa fille, l’ayant déjà entendu pendant plusieurs heures quand sa petite-fille était née. Tout comme Arthur, il s’était tenu à l’extérieur de la chambre au côté de son gendre et comme lui, ses cris l’avaient hanté. Même s’il détestait les entendre, il repensa au fait qu’ils lui avaient apporté aussi le plus beau des cadeaux. Alors qu’un nouveau cri se fit entendre, il serra doucement Viviane contre lui, se souvenant alors du jour où elle avait fait son apparition dans leur vie et dissimula un sourire dans ses cheveux. Bientôt ils seraient deux et il avait hâte de faire la connaissance du nouveau venu.

    #Kaamelott#kaamelott fanfics#pendranievre#pendranièvre #arthur x guenièvre #arthur x guenievre #famille pendragon #tutur est un futur papa inquiet #et Léodagan est un papi gâteau
    View Full
  • yumeka-chan
    26.09.2021 - 12 hours ago

    Dans Dies Irae

    Je re(rerere)gardais Dies Irae (je me fais mal) parce que je regardais la fin de Lacrimosa, et je me suis rendue compte que lorsque Guenièvre et Arthur discutent, et que Guenièvre reproche à Arthur de lui avoir laissé voir le sang, il dit “j’ai rien laissé voir”, tout en rabaissant sa manche.  Il s’en veut, face à elle. Il se rend compte qu’il lui a fait mal.  Et quand il lui dit qu’il a peut-être voulu lui mettre la faute sur le dos, il s’en veut. Il est honnête avec elle. Parce qu’il veut être honnête avec elle.  Est-ce qu’il veut un pardon de sa part? L’espace d’un instant, peut-être, avant de reculer, en se disant qu’il ne le mérite pas. Pas de sa part à elle.  Des détails, partout des détails qui me font sauter dans tous les sens à chaque fois que je les redécouvre. 

    View Full
  • rasberrymay
    26.09.2021 - 12 hours ago

    I've been listening to this song a lot lately and I think it is a great song for Merlin

    The lyrics are as follows:

    Panning for gold

    Without a river in sight

    Fingers crossed

    Throughout the night

    Head underwater

    You can hear the sound

    What you've been feeling

    Won't stick around

    All of this time I spend just getting by

    Sometimes forget to wonder why

    Lately in another time

    The sound is not quite the same

    I'm waking in a new place

    Without need for all these names

    Maybe these lines on my skin

    Will one day answer the questions I'm asking

    But for now I'll keep an eye

    On the water reflecting the open sky

    (lyrics taken from google)

    View Full